window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-141753045-1');

Acquérir des aptitudes sociales clés grâce au sport


Chaque année, des milliers de jeunes Canadiens fréquentent les terrains, les centres communautaires et les clubs locaux, consacrant leurs soirées et fins de semaine à leur sport préféré. Les enfants entament de plus en plus souvent ces programmes sportifs organisés avant même de commencer l’école primaire, ce qui signifie que les entraînements sportifs font partie des premiers milieux d’apprentissage structurés dans lesquels évoluent de nombreux enfants d’âge préscolaire. Pour relever les défis de ces contextes, les enfants doivent posséder certaines aptitudes sociales clés, comme celles d’écouter activement, de communiquer avec les autres, d’utiliser un langage prosocial et de résoudre des conflits, tout en étant capables de suivre les directives données par un adulte qui n’est pas un parent (p. ex., un entraîneur), parfois pour la première fois. En d’autres mots, les programmes sportifs comme celui de Sportball jouent un rôle de plus en plus important dans le développement social des enfants avant qu’ils n’atteignent l’âge de 6 ans. Chez Sportball, notre spécialité est d’aider activement les jeunes enfants à développer et à perfectionner leurs aptitudes sociales, puis nous renseignons les parents sur la manière dont ils peuvent s’y prendre pour encourager l’utilisation de ces aptitudes à la maison et à l’école.

Le développement des aptitudes sociales chez Sportball

Chez Sportball, les aptitudes sociales des enfants sont développées dès le début de nos cours, et régulièrement renforcées par l’entraîneur grâce à un processus d’apprentissage imitatif et répétitif. Par exemple, au début de chaque cours, les enfants se positionnent sur une ligne « magique » déjà définie pour jouer à Sportball dit. Dans le cadre de cette activité, les enfants doivent écouter activement et imiter de manière précise les actions et comportements de l’entraîneur, tout en exécutant des exercices. Pendant l’échauffement, les enfants apprennent à attendre leur tour, à s’arrêter et à diriger leur attention vers l’entraîneur au son du sifflet, et à maintenir une distance appropriée entre eux et leurs pairs. Ainsi, les enfants apprennent à s’adapter à la routine et à respecter les règles dans un milieu sécuritaire et amusant pour tous.

À chaque cours de Sportball, les enfants sont également initiés à plusieurs habiletés propres à un sport (p. ex., les passes et les lancers au hockey en salle, ou les dribbles et les tirs au panier au basketball), qui sont toutes liées à une aptitude prosociale (Chez Sportball, notre méthode d’enseignement sert un objectif). Par exemple, l’entraîneur de Sportball qui explique pour la première fois comment faire des passes au hockey en salle souligne que la communication avec les pairs et l’utilisation d’un langage prosocial sont nécessaires pour bien réussir l’exercice : « Aujourd’hui, nous allons apprendre à faire des passes au hockey en salle. Chaque fois que nous faisons une passe, nous devons établir un contact visuel avec notre ami et lui dire « Passe, s’il te plaît! » » À la fin de chaque entraînement, les entraîneurs font également un suivi avec les enfants, qui ont alors l’occasion de s’exprimer sur ce qu’ils ont appris ou sur ce qu’ils ont le plus aimé pendant le cours. Pendant ce suivi, les entraîneurs mettent l’accent sur l’importance d’écouter activement les autres et d’utiliser un langage prosocial respectueux, par exemple en remerciant chaque enfant après une intervention.

Si chacune des aptitudes sociales décrites ci-dessus est prévue au programme de Sportball, plusieurs autres aptitudes sociales, comme la capacité à résoudre des problèmes ou des conflits, y sont intégrées au besoin. Par exemple, si des problèmes surviennent entre des enfants (comme des difficultés à partager l’équipement ou à attendre leur tour), les entraîneurs font de ces situations des moments d’apprentissage, et montrent et expliquent aux enfants la bonne manière de résoudre ces problèmes.

Le transfert des aptitudes sociales à la maison et à l’école

Le développement des aptitudes sociales des enfants ne s’arrête pas une fois les entraînements terminés. C’est pourquoi nos entraîneurs rencontrent brièvement les parents après les cours de Sportball pour leur faire part des aptitudes physiques et sociales qui ont été mises de l’avant. Pour encourager le développement des aptitudes sociales acquises par les enfants dans les cours de sport, les chercheurs suggèrent aux parents de mettre en lumière toute manifestation d’aptitudes nouvellement acquises par leurs enfants et d’en faire l’éloge (en faisant preuve d’enthousiasme et en la considérant comme un accomplissement) 1, ce qui facilitera le transfert de ces aptitudes d’un contexte sportif à d’autres contextes, comme la maison ou l’école. Par exemple, les parents peuvent faire un retour sur les cours de Sportball avec leurs enfants en leur posant des questions pointues, comme « Qu’as-tu appris à faire lorsque l’entraîneur donne des directives? », suivies de déclarations positives comme « J’ai constaté que tu as très bien écouté ton entraîneur pendant la pratique aujourd’hui! » Les parents peuvent aussi poser des questions hypothétiques à leurs enfants, en leur demandant par exemple ce qu’ils feraient si un autre enfant n’était pas gentil avec eux ou n’attendait pas son tour. En fin de compte, ces scénarios vécus ou hypothétiques peuvent donner lieu à des moments d’apprentissage dont les enfants peuvent tirer parti avec l’aide de leurs parents.

Les aptitudes sociales développées chez Sportball, comme la capacité à communiquer et à interagir efficacement avec des adultes et des pairs, sont des aptitudes essentielles qui procureront un avantage aux enfants les ayant acquises avant de commencer l’école primaire.

Source :

Allen, G., Rhind, D., & Koshy, V. « Enablers and barriers for male students transferring life skills from the sports hall into the classroom », Qualitative Research in Sport, Exercise and Health, vol. 7, nº1, 2015, p. 53-67.

  • Partagez cet article :